Gastronomie alsacienne

Quand on évoque la gastronomie alsacienne, on pense forcément à la choucroute et au vin blanc, mais la région du chou a bien d’autres spécialités culinaires à revendiquer !

  • Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    28/09/2016

Plats typiques d’Alsace

La Choucroute

Cette recette à base de chou, de viandes, de saucisses de Montbéliard et de pommes de terre, le tout mijoté dans un bon vin blanc d’Alsace tient son nom de l’allemand « Sauerkraut », qui signifie en français « chou aigre », devenu chou-croute, puis choucroute. Le secret de ce pot-au-feu façon alsacienne tient dans sa préparation (faite à la pure graisse de porc) et dans son temps de cuisson. En effet si sa texture est si fondante, c’est que la mixture doit mijoter à feu doux, entre 1h30 et 2h.

Savourez ce plat riche en saveurs avec un blanc sec, idéalement le Riesling alsacien.

Le Baeckeoffe

Baeckeoffe ou Baeckeoffa signifie le « four du boulanger ». Dans la tradition alsacienne, les femmes amenaient ce plat préparé à base de viandes (bœuf, agneau et porc) et de légumes marinés au boulanger, qui avait déjà fini de cuire son pain. Ainsi, le plat cuisait dans la chaleur restante du four de l’artisan, seul four du village à l’époque. Même secret que pour la choucroute, sa cuisson est lente !

Dégustez ce plat avec un Riesling d’Alsace.

Le Coq au Riesling

Ce coq au vin alsacien est composé de volaille que l’on fait revenir dans de l’huile et de l’échalote, le tout flambé au Cognac. On y ajoute ensuite du thym, et comme tout bon plat fondant alsacien, on le laisse mijoter… avec du Riesling. Accompagné de crème et de champignons, il savoure parfaitement avec un Riesling Alsacien, entre le goût du vin cuit, et celui du vin frais, c’est l’accord vin/mets parfait !

La tarte flambée

L’histoire de la tarte flambée, ou Flammekueche, remonte à l’époque où le pain était cuit tous les quinze jours. Le surplus de pâte à pain était alors aplati, recouvert de lait caillé, d’oignons et de lardons, et passé au four à bois du boulanger. Aujourd’hui la recette a quelque peu changé, mais reste toujours dans la pure tradition alsacienne.

Elle se déguste idéalement avec un Sylvaner d’Alsace, vin frais et léger.

Desserts alsaciens

Un plat typique alsacien ne peut se terminer sans un dessert traditionnel de la région, vous avez le choix entre le célèbre Kougelhopf (brioche alsacienne), le « p’tit biscuit » appelé également le Maennele (idéal au café) ou le Bredele (petits fours principalement servis pendant les fêtes de fin d’année).

L’Alsace, terre de grands crus

Mais qui dit gastronomie alsacienne dit également Grands Crus d’Alsace. La notion de Grands Crus apparaît en Alsace dès le IXe siècle. Terre de contrastes, l’Alsace bénéficie d’une grande diversité de terroirs et de paysages. Le climat y est sec et ensoleillé, les sols sur des pentes souvent impressionnantes sont favorables à la culture et l’exposition est idéale pour le vignoble.

Les terroirs sont délimités selon des critères géologiques et climatiques stricts. De 1975 à 2007, 51 lieux-dits ont progressivement été définis, la superficie de ces parcelles pouvant varier de 3 à 80 hectares. Il existe donc maintenant 51 grands crus de Vins d’Alsace : 51 AOC Alsace Grands Crus. Leurs particularités se trouvent notamment dans la variété des saveurs et la singularité de chaque grand cru. Les vins qui en sont issus représentent 4 % de la production globale.

Pour découvrir la route des grands crus, parcourez les 170 kilomètres du Sentier viticole des Grands Crus. Vous pourrez ainsi y déguster du Froehn, du Mandelberg, du Sonnenglanz et du Rosacker, mais aussi les vins les plus célèbres comme le Riesling ou le Gewurstraminer.

> Découvrez également notre itinéraire route des vins !

Cet article vous a plu ? Partagez-le !