Au fil des vitraux de Metz

Bienvenue à Metz, où l'on ne compte plus les vitraux qui décorent ses cathédrales. On vous fait visiter... 

  • La Rédaction OUI.sncf

    Auteur

    OUI.sncf

  • Mis à jour le

    15/02/2019

  • Destination

    Metz

© Photononstop - fred de noyelle

Metz possède des vitraux incroyables, voici quelques endroits à voir pour découvrir l’art du vitrail à travers les siècles.

>> Réserver mes billets de train pour Metz 

Où voir des vitraux à Metz :

La Cathédrale Saint-Étienne de Metz

© Photononstop - Fred de Noyelle

Commencez bien-évidement par la cathédrale pour observer ses 6500m² de vitraux du 13ème au 20ème siècle. La cathédrale la plus vitrée de France est d’ailleurs surnommée la Lanterne du Bon Dieu. Parmi tous les impressionnants vitraux, arrêtez-vous tout particulièrement devant la grande verrière d’Hermann de Munster (1384), au-dessus du grand portail. La rosace de 11 mètres de diamètre est impressionnante. L’artiste a été inhumé au pied de son œuvre.

Les verrières des transepts sont les plus grandes verrières gothiques d’Europe de 424m² chacune. Au nord, les vitraux de Thiébaut de Lixheim de 1504 représentent de haut en bas, la vierge, les 4 évangélistes, 8 saints et 8 saintes, puis 8 apôtres. Au sud, les vitraux de Valentin Bousch, le plus grand peintre de la Renaissance Lorraine datent de 1521.

Les vitraux de la Chapelle du Saint-Sacrement de Villon, réalisés en 1957, sont très colorés. D’autres vitraux attirent l’œil par leurs incroyables couleurs du côté du transept et du déambulatoire gauche, ils sont signés Chagall et reprennent des passages de l’ancien testament.

Laurent-Charles Maréchal, chef de file de l’École de Metz

© Photononstop - Fred de Noyelle

Laurent-Charles Maréchal (1801 – 1887) est un dessinateur, pastelliste et peintre verrier. Il est considéré comme chef de file de l’École de Metz, un mouvement artistique concernant tous les arts, inspiré par le romantisme et l’exotisme de Delacroix, représentant entre autre le passé médiéval du Pays messin.

Laurent-Charles Maréchal a réalisé les verrières de l’église Notre Dame, rue de la Chèvre, et les verrières du chœur de l’église Saint-Martin, qui possède également des vitraux des XIème, XVIème et XXème siècles. L’Hôtel de Ville possède aussi, dans le salon de Guise, trois verrières de Maréchal, mais elles ne sont pas accessibles pour le public.

Les vitraux de Cocteau à l’église St Maximin

© Istock - Fred de Noyelle - Godong

Les vitraux de l’église St Maximin, ont été réalisés par Cocteau. Des vitraux contemporains dans les tons pastel ornent l’église de style roman, il se dégage du lieu un grand calme et une belle inspiration à la spiritualité.

Cette œuvre verrière est tirée des uniques cartons de Cocteau, destinés à être des vitraux. Réalisé dans les années 1960, ces 14 baies vitrées puisent dans les coutumes et traditions du monde et des temps les plus anciens pour représenter, avec beaucoup d’éléments végétaux, la communion entre la nature et l’homme.

Le plus ancien vitrail de Lorraine à l’église Sainte-Ségolène

© Istock - Joel Carillet

L’église Sainte-Ségolène (place Jeanne d’Arc) possède des vitraux du XIIème siècle : une petite crucifixion dans une chapelle dédiée à la Vierge et quelques médaillons zoomorphes.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !